L'ange du quatrième

De passage quelques jours à l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) pour une intervention qui n'intéresse personne, j'ai rencontré un ange cardiologue. Je l'ai observé pendant trois jours. Vêtu de blanc, il semblait voler au-dessus du quatrième étage.

Je l'ai entendu se réjouir haut, fort et sincèrement de l'arrivée d'une infirmière qu'il connaissait et qui venait se joindre à l'équipe. Je l'ai vu, avec délicatesse, vulgariser pour ma voisine de chambre, les propos d'un autre cardiologue qui était avec lui et qui tenait un langage incompréhensible. [...]

Je ne sais pas pourquoi, mais il faut dire que c'est une créature céleste; il a compris que je faisais entièrement confiance à la capacité de l'équipe médicale de me soigner judicieusement, mais que du même coup, je doutais de la compétence quant à la gestion de «mon cas» par l'organisation dont elle fait partie. À l'ICM comme ailleurs, les batailles corporatistes, syndicales et bureaucratiques font rage et minent l'efficacité de l'organisation.

Créature extraterrestre, le cardiologue m'a traité comme je le voulais. En me laissant croire que je gagnais sur le système, il a fait son boulot dans les règles de l'art dans un univers parsemé d'embûches inacceptables. Il m'appelait «mon ami». Je ne l'avais jamais rencontré de ma vie. Il s'appelle Reda Ibrahim. Salut mon ami.

À voir en vidéo