Le laxisme de la ministre et la retraite du maire

L'administration Tremblay n'arrive plus à démontrer une quelconque rigueur dans sa gestion de la ville de Montréal. Le dossier des compteurs d'eau est le dernier dossier d'une longue liste de cas problématiques pour l'administration de Gérald Tremblay. Et le plus surprenant est que malgré toutes ces importantes allégations, la ministre des Affaires municipales et de la métropole, madame Nathalie Normandeau, s'en lave les mains et refuse de prendre ses responsabilités et de remettre à sa place une administration en constante perte de vitesse. Est-ce à cause des allégeances libérales de monsieur Tremblay?

Comme dans le cas de la privatisation de la SHDM, la ministre Normandeau ne peut cette fois-ci se défiler de ses responsabilités envers la plus grande ville du Québec et elle doit sommer la Ville de Montréal de respecter les lois et règlements régissant les villes. Ce n'est pas en annonçant un code d'éthique pour les villes truffé d'exceptions qu'elle rendra l'administration municipale plus acceptable. D'ailleurs, son propre gouvernement tarde depuis 2003 à nommer

d'un commissaire à l'éthique au Québec. À titre de contribuables municipaux,

souhaitons-nous que cela prenne

moins de temps de la part de madame Normandeau.

Avec le dévoilement de nombreux dossiers troublants pour son administration, il serait peut-être temps que le maire sortant Gérald Tremblay songe à prendre sa retraite afin de faire place à un renouveau souhaitable pour le développement de notre ville. Merci Monsieur Tremblay et bonne retraite!

À voir en vidéo