Pas de quoi être FIER!

Le gouvernement de Jean Charest se comporte comme un véritable fossoyeur de l'institution que représente l'Assemblée nationale par ses agissements troublants dans le dossier des règles d'éthique et dans celui de la gestion des Fonds d'intervention économique régionale.

L'incapacité du ministre des Finances, Raymond Bachand, à défendre la gestion de ces fonds et la dévolution des contrats à des amis du PLQ est révélatrice du profond malaise qui secoue présentement le gouvernement de Jean Charest. Même s'il tente d'imposer un camouflet en évoquant l'idée pour la troisième fois d'un commissaire à l'éthique, la décision du premier ministre lui-même de diluer les règles éthiques régissant les détenteurs de portefeuilles ministériels est révélatrice du peu de respect de monsieur Charest envers les contribuables québécois. Plus que jamais, les amis du PLQ pourront se servir dans l'open bar du gouvernement, gracieuseté du premier ministre lui-même!

Après les graves erreurs de gestion dans les dossiers du CHUM et de la Caisse de dépôt et placement du Québec, la feuille de route de Jean Charest à la tête du gouvernement du Québec n'aura été qu'une litanie de très mauvaises décisions qui auront coûté les yeux de la tête au Trésor public québécois. Et il ne manque plus que la hausse de la TVQ annoncée pour 2011 pour compléter le tout

Les entourloupettes de ce gouvernement sont trop graves pour laisser passer cela comme le voudrait sûrement Jean Charest. Le Vérificateur général du Québec doit enquêter sur la gestion des FIER, et la section des crimes économiques de la Sûreté du Québec devrait également s'intéresser au dossier afin de vérifier s'il y a eu des

malversations.

Après de tels agissements, on se demandera pourquoi la cote de popularité de nos politiciens est si faible...

À voir en vidéo