Un programme de haut niveau

Benoît Labonté, chef de Vision Montréal et candidat à la mairie, a réussi à marquer plusieurs points ces dernières semaines. Il a particulièrement renforcé sa thèse selon laquelle le maire Tremblay est un gestionnaire inconsistant [...]. Décisions excentriques, projets qui ne lèvent jamais, incapacité à gérer les coûts, marginalisation de la ville-centre, excès de taxes et de tarifs, événements qui déménagent ailleurs; en somme, un bilan peu reluisant pour un maire qu'on présente comme étant sans leadership. Tout cela est fort bien, mais reste encore désespérément au niveau de la simple intendance.

En effet, bon nombre de Montréalais pensent que le développement de Montréal sur la scène internationale demeure l'enjeu essentiel de la ville. Et dans ce domaine, ils attribuent au maire Tremblay, à tort ou à raison, des capacités de gestion supérieures à celles de ses adversaires, qui semblent d'ailleurs incapables de parler des grands enjeux. Une erreur coûteuse qui laisse toute la place à Tremblay, l'ex-ministre et membre de l'establishment.

Ainsi, le problème avec Labonté est qu'il n'a pas de politiques à opposer au maire Tremblay, seulement des décisions ponctuelles. On peut donc penser qu'il manque d'envergure pour diriger une métropole. C'est peut-être en partie un préjugé, mais son manque de contenu à un certain niveau de discussion peut lui coûter cher. Car la simple bonne gestion municipale, la cause célèbre de Vision Montréal depuis ses débuts, en 1994, ne suffit plus de nos jours. [...]

Les grands enjeux ne sont pas le fait des conseillers municipaux. Ils ont la responsabilité du maire et des chefs de partis municipaux. Il reste encore du temps à Benoît Labonté pour se donner un programme de haut niveau.

À voir en vidéo