Ne pas se presser pour le CH

Depuis un certain temps, la machine à rumeurs est partie et nous annonce que les Canadiens sont à vendre. En d'autres mots, voici la recette pour se faire avoir d'aplomb.

En affaires, il est très inopportun d'annoncer que nous voulons acheter une entreprise sans provoquer une surenchère [...]. Combien de fois ai-je entendu des gens d'affaires bien aguerris me dire de laisser le poisson se noyer avant de le ferrer! Pourquoi ne le faisons-nous pas dans ce dossier? Qui voulons-nous protéger? Si M. Gillett est autant en difficulté financière qu'on nous dit, pourquoi ne pas le laisser se noyer pour le racheter à un taux plus raisonnable que celui demandé? [...] Je pense que le sport professionnel en général est sur le bord d'une implosion, faute de revenus qui ne seront plus au rendez-vous dans le futur. [...] Laissons donc le marché se purger par lui-même, il sera toujours temps de sauver les meubles, le temps venu.

À voir en vidéo