Le théorème de Collin

«En supposant qu'Y soit plus grand que X, tout système composé de X éléments ne pourra jamais comprendre autant d'éléments qu'un système comprenant Y éléments.» Voilà l'axiome à partir duquel notre collègue Olivier Collin, du département de mathématiques, a sans doute développé sa réflexion sur le conflit actuel à l'UQAM.

À partir de ce postulat, appelé aussi «Théorème du petit pain», il faudrait donc se faire à l'idée que si les professeurs de l'UQAM ont toujours gagné moins d'argent que ceux des autres universités, il n'y a aucune raison de croire ou d'espérer qu'il n'en soit plus ainsi un jour. On peut évidemment appliquer cette loi à l'histoire du Québec tout entier. Ainsi, le Québec a toujours été à la traîne du reste de l'Amérique du Nord sur le plan économique, et il serait futile de vouloir faire en sorte que sa position s'améliore...

Ce qui est catastrophique dans la situation actuelle à l'UQAM, M. Collin, ce n'est pas cette grève, mais bien l'incurie du gouvernement libéral, dont le supposé nouveau ministre des Finances vient d'annoncer qu'il sera prêt à allonger le fric pour «aider» les futurs acquéreurs du club de hockey Canadien de Montréal, ces pauvres millionnaires, à coup d'un modeste prêt de quelques millions de dollars des contribuables, alors que ce même gouvernement ne cesse de dire qu'il n'a aucun argent neuf à investir en éducation supérieure. Voilà bel et bien la catastrophe, si ce n'est le scandale!

Ce qui me semble surtout catastrophique, c'est qu'un de nos collègues vienne ainsi tenter de torpiller, à coups de logique mathématique, les efforts des professeurs visant à l'amélioration de la situation financière de l'UQAM.

À voir en vidéo