Une décision honorable de l'UdeM

Dans sa lettre publiée le 2 avril dernier («L'honneur ou l'argent?»), Mme Plante s'inquiète de la vente du 1420, Mont-Royal par l'Université de Montréal. Quelques imprécisions se sont glissées dans son analyse de la situation et méritent d'être rectifiées.

Tout d'abord, l'Université de Montréal n'a pris aucun engagement, formel ou moral, concernant la vocation de l'édifice lors de son achat en 2003. Bien entendu, son projet premier était d'en faire un pavillon universitaire.

Après avoir compris que c'était intenable financièrement, l'université a dû se résoudre à vendre l'édifice. Elle a trouvé un acheteur qui a présenté un projet de transformation respectueux de l'environnement, du mont Royal et du patrimoine. C'est ce projet qui a été soumis à l'Office de consultation publique de Montréal, qui doit déposer son rapport ce printemps. Toutefois, aucune date n'a encore été déterminée à cet égard.

À voir en vidéo