L'eau pour tous, une question de justice

Vivre sans air? Difficile à concevoir. Vivre sans eau? Tout aussi impensable! Et pourtant, encore aujourd'hui, plus d'un milliard de personnes n'ont pas accès à l'eau potable. En visite au Niger en tant qu'ambassadrice d'Oxfam-Québec, en décembre 2007, j'ai pu constater cette dure réalité. Pour une ex-nageuse olympique, dont la vie est intimement liée à l'eau, le choc fut particulièrement grand.

Comment expliquer la nage synchronisée à des femmes qui doivent marcher plus de 6 km par jour pour aller chercher de l'eau? Comment accepter que chaque jour, dans le monde, 4000 enfants meurent de diarrhée, une maladie causée par l'eau insalubre? Dans les pays en développement, 80 % des maladies sont liées à l'eau! Nous sommes privilégiés de ne pas devoir nous en soucier. Nous sommes privilégiés d'avoir, à portée de la main, cet or bleu que des milliards de personnes nous envient.

Mais est-ce vraiment un privilège? Suis-je privilégiée de consommer, en tant que Canadienne, une moyenne de 326 litres d'eau par jour alors qu'une personne sur six n'a pas accès au minimum vital qui est de 20 litres? Les experts réunis au Forum mondial de l'eau cette semaine lancent un cri d'alarme: nous avons tous la responsabilité de «protéger» l'eau avant qu'il ne soit trop tard. Nous devons prendre conscience de notre surconsommation d'eau et changer nos habitudes pour préserver cette ressource. Nous devons aussi pousser la communauté internationale à investir dans l'accès à l'eau, pour aider les populations les plus vulnérables à faire face à cette crise.

À voir en vidéo