Pourquoi ne pas avoir écouté la BDC?

La comparution en commission parlementaire de la ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, sur la Caisse de dépôt et placement révèle un constat très alarmant pour celui qui souhaitait un éclairage nouveau sur ce qui s'est passé à la Caisse pour occasionner des pertes colossales.

À plusieurs reprises, la ministre a contourné les questions de l'opposition officielle ou elle a simplement dit qu'il fallait demander les réponses aux dirigeants de la Caisse. Pas une once de remords et à peine un minimum de compassion pour les milliards qui ont disparu en fumée!

Lors de cette comparution, l'opposition a révélé l'existence d'un document émanant de la Banque du Canada datant de 2005 qui mettait en garde les gouvernements contre les fameux PCAA. L'avertissement stipulait que cette forme d'investissement représentait un bien mauvais véhicule de placement, car le risque était jugé très élevé. La ministre Jérôme-Forget n'a pas été capable de répondre au sujet de ce document éclairant sur les PCAA, pas plus qu'elle n'a voulu admettre une quelconque responsabilité sur la crise à la Caisse. Bref, pas très honorant n'est-ce pas pour une ministre titulaire.

La découverte de cette mise en garde de la Banque du Canada au sujet des PCAA et le mutisme de Monique Jérôme-Forget sur plusieurs questions n'aident en rien la crédibilité du gouvernement de Jean Charest dans ce dossier. Peut-être que si le gouvernement avait été plus à son affaire, nous n'aurions pas aujourd'hui pour plus de 12 milliards de dollars de PCAA sur les bras. Quel était le slogan de monsieur Charest déjà? L'économie, oui d'abord! Belle ironie!

À voir en vidéo