Un appel au respect des opinions contraires

Qu'elle provienne de gens religieux, d'athées, de professeurs de philosophie d'un cégep ou d'hommes politiques, l'intolérance aux opinions contraires a de quoi inquiéter.

La motion du député bloquiste Pierre Paquette à la Chambre des communes visant à faire de la théorie de l'évolution «la seule explication légitime des origines» et la pétition des professeurs du Collège de Sherbrooke contre une conférence sur le créationnisme organisée par un groupe étudiant sont deux exemples d'un retour au «dogmatisme» qui ne devrait pas être encouragé dans la société moderne. C'est la liberté d'opinion même qui est menacée par une telle intransigeance. Chacun devrait avoir le droit d'exprimer son opinion sans avoir peur d'être frappé d'ostracisme. C'est l'essence même du respect qui l'exige. Nous devrions pouvoir «penser différemment» tout en gardant une attitude de déférence les uns pour les autres.

De plus, être exposé à des opinions contraires ne peut que favoriser notre approfondissement d'un sujet et développer notre capacité critique. S'il y a des gens qui devraient comprendre cela, c'est bien des professeurs de philosophie. D'ailleurs, n'est-ce pas au nom de cette même liberté d'expression que l'on vient tout juste de permettre l'affichage de slogans visant à promouvoir l'athéisme sur les autobus de diverses villes canadiennes? Avoir deux poids deux mesures n'est certainement pas la meilleure voie pour conserver un climat social sain et paisible.

À voir en vidéo