On fait «pic pic»

J'étais transporté par ce courant d'énergie et d'espoir durant l'investiture du président Barack Obama.

Si je compare avec ce que l'on vit ici, au Canada, au Québec, c'est le jour et la nuit, le beau temps et la tornade. Ça fait «pic pic», dirait mon père.

Il faudra attendre des lunes et des lunes avant d'avoir une telle personne (un Barack Obama) dans notre arène politique.

Pourquoi tant de cynisme envers nos politiciens? Parce qu'il leur est difficile de proclamer une fois pour toutes la fin de la récréation, la fin des fausses promesses, de proclamer qu'ils sont élus non pas pour leur «power trip», leurs lignes de parti, mais pour le mieux-être des citoyens.

«I have a dream»... d'entendre, de voir un vrai politicien, crédible, authentique, qui sait d'où il vient et où il va, nous inspirer l'espoir, une personne imaginative... innovatrice... qui saura nous inspirer confiance...

Dites-moi que ce rêve n'est pas utopique... J'ai hâte de chanter le «Na-na-na-na hey-hey-goodbye» à tous ces politiciens, ces sénateurs, qui n'ont plus leur place dans notre système politique. Comme plusieurs, je suis presque écoeuré de manger du pain et de la galette. Un peu d'originalité... et ça commence à Ottawa... peut-être par une coalition.

À voir en vidéo