Nos produits du terroir

L'inquiétude quant au recul des ventes des fromages fins est bien réaliste. En plus de la crise de la listériose, la récession touchera ces produits alimentaires de luxe.

Quand les prix des fromages et autres produits fins avoisinent et dépassent les 40 $ le kg, on peut penser que le marché est touché et le sera davantage si la récession se prolonge. Les revendeurs de fromages, tels les supermarchés, prennent des marges de profit supérieures à celles des autres produits alimentaires. Si on veut au Québec développer et conserver nos produits du terroir, il serait important de les rendre accessibles à tous, particulièrement aux familles. Les goûts et habitudes alimentaires se développent en bas âge. En France, ces produits se vendent à meilleurs coûts qu'ici. Pour la survie de cette industrie, il serait crucial d'établir des politiques de prix de vente, sans affecter les revenus des producteurs de lait et artisans fromagers.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.