Peut-on m'expliquer?

Sans doute la réponse à la question que je me pose est à ce point évidente que personne — ni les journalistes ni les économistes — n'a jugé bon d'en discuter. Mais voilà: il ne se passe pas une journée sans que l'on nous annonce un nouveau plan de relance de l'économie quelque part dans le monde.

Les États-Unis ont lancé le bal avec un investissement de quelque 700 milliards pour sauver de la faillite les banques américaines. Ailleurs dans le monde, on ne cesse d'annoncer de nouveaux plans de relance, que ce soit celui de l'Europe (260 milliards), de la Russie (200 milliards), de la Chine (575 milliards), de l'Argentine (21 milliards), de l'Australie (10 milliards) ou encore du Canada (30 milliards). Étant donné que plusieurs de ces pays sont lourdement endettés, et que ces sommes investies représentent en fait des emprunts qui grossiront leur dette, je me demande: à qui emprunterons-nous cet argent?

J'aimerais vraiment comprendre: si les banques elles-mêmes sont en déroute, quels individus, quelles entreprises ou quels gouvernements ont dans leurs coffres des centaines de milliards de dollars qui dorment et qui peuvent maintenant être prêtés? Les obligations d'épargne et les bons du Trésor ne peuvent quand même pas suffire à amasser autant d'argent.

Et s'il existe une personne ou une entreprise quelque part dans le monde à ce point riche pour être capable de prêter ces sommes, comment diable ces gens peuvent-ils juger que la meilleure manière pour eux d'investir leur argent est de le prêter à des gouvernements déjà lourdement endettés qui comptent souvent utiliser cet argent pour aider des industries moribondes et payer des primes exorbitantes à des PDG incompétents?

Comme les gens de ma génération vont rembourser sous forme d'impôt pour le reste de leur vie les sommes présentement empruntées dans l'euphorie générale, est-ce qu'un journaliste ou un économiste quelque part pourrait nous expliquer à qui nous devrons rembourser cet argent, et quelles sont les conditions d'emprunt?

À voir en vidéo