Des envolées qui ne planent pas haut !

En tant que femme dans la jeune trentaine, professionnelle éduquée et active au sein de sa communauté et, surtout, en tant que citoyenne qui ne se croit pas la seule à l'être (professionnelle, éduquée et active), je me surprends, moi qui crois tant à la démocratie et au rôle de nos institutions et de nos dirigeants, à ressentir une forme de mépris, d'arrogance, voire d'irrévérence envers notre sens de la réflexion, de l'argumentation et de l'analyse des véritables enjeux de notre société.

Force est de constater que cette campagne électorale québécoise, qui tire à sa fin, ne semble pas s'adresser à des citoyens éclairés et intelligents. Les envolées cachent de lourdes rhétoriques et je suis ennuyée et clairement irritée lorsque j'entends des affirmations tordues, des arguments à l'emporte-pièce et des interprétations de la réalité hautement étriquées. Et cette forme de mésestime s'est aggravée avec les événements qui se tiennent à Ottawa. Je crois qu'il y a des limites à prendre les gens comme des «monsieur et madame Tout-le-monde», pour ce que ce lieu commun veut dire. Oui, chers politiciens, vos citoyens sont également intelligents, allumés et vifs d'esprit. Je vous en prie, pouvez-vous les considérer?

À voir en vidéo