Où trouver deux milliards?

Au débat des chefs, M. Charest a demandé à M. Dumont où il allait trouver deux milliards pour équilibrer ses prévisions budgétaires. Pauline aurait pu souffler la réponse à Mario: demander à M. Charest de mettre fin au projet d'Hydro-Québec de reconstruire la centrale nucléaire de Gentilly-2 au coût de 1,9 milliard, selon les prévisions non documentées publiquement par H.Q. et jusqu'à huit milliards, selon d'autres sources plus prudentes.

Pauline aurait pu suggérer à Mario de mettre à contribution une réserve financière déjà constituée pour le démantèlement du réacteur nucléaire afin de conserver les emplois actuels pour plusieurs décennies et acquérir et développer de nouvelles ressources humaines et techniques hautement spécialisées pour accomplir ce genre de travail.

Cela pourrait créer une expertise exportable, nécessaire et très «en demande» mondialement. L'économie, la santé et l'environnement de tous les citoyens seraient gagnants!

Mais pour cela, les décideurs politiques doivent, après consultation des actionnaires d'Hydro-Québec, c'est-à-dire nous, redéfinir le sort de G-2, tel que cela est recommandé par le BAPE, il s'agit ici d'un choix de société.

Qu'aurait répondu M. Charest qui, après avoir changé sans préavis l'engagement libéral du mois d'avril 2003 de ne pas promouvoir la filière nucléaire, persiste maintenant à cacher à la population les vrais dessous de ce dossier, les mains liées, lui aussi, au puissant lobby nucléaire canadien? Il aurait sans doute inventé une entourloupette. Une cachotterie de plus tant qu'à faire!

À voir en vidéo