Un gouvernement minoritaire et non majoritaire

Vendredi, le premier ministre du Canada nous a invités à faire part à nos députés de notre appréciation de la crise politique en cours. Je veux donc répondre à l'invitation du premier ministre.

On vient de tenir des élections. Le résultat est clair. La population du Canada a donné à Stephen Harper un mandat de gouvernement minoritaire.

Dans les jours qui ont suivi ces résultats, le premier ministre a refusé de reconnaître les résultats. Il gouverne comme s'il avait reçu un mandat majoritaire. Il y a beaucoup, beaucoup de choses dans son énoncé économique qui me dérangent. Le retour au financement des partis politiques par les plus riches est un manoeuvre très cynique et démontre comment M. Harper est un idéologue à l'extrême.

C'est cette position d'idéologue qui m'inquiète sur sa capacité de traverser la crise économique. Au moment où la planète entière est en train d'examiner comment l'État peut intervenir pour mieux réparer les excès du marché non régulé, le Canada n'agit pas! Pour M. Harper le fait de ne pas agir est paradoxalement sa façon d'agir. Je pense qu'il croit que la non-intervention est la meilleure façon d'agir. Je pense qu'il croit que les marchés vont régler la situation. Tout le monde va payer le prix de son intransigeance.

Donc, je pense que si M. Harper ne veut pas respecter les résultats des élections en gouvernant comme gouvernement minoritaire, il faut le remplacer.

À voir en vidéo