La CDP spéculatrice?

Il suffit de consulter le dernier Rapport annuel de la Caisse (2007) pour comprendre que les gestionnaires du bas de laine des Québécois ne méritent pas le vocable «spéculateur» dont Mario Dumont les a qualifiés.

Non seulement la répartition des actifs entre obligations, actions et placements immobiliers donne une garantie de stabilité et de croissance régulière, mais, à titre d'exemple, la ventilation géographique des placements immobiliers dans les trois grands continents permet de contenir les soubresauts des cycles économiques.

On doit plutôt se féliciter des hauts taux de rendement des dernières années, une performance globale moyenne de 12,4 % au cours des cinq dernières années (2002-2007), et se dire que ces résultats ont engrangé pour les générations futures des montants substantiels qui ne seront pas grugés par les turbulences actuelles. Être visionnaire et responsable aujourd'hui, c'est aussi agir avec une perspective historique réfléchie!

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.