Agir en fiduciaire

La démocratie est fascinante. On élit des députés qui auparavant auront élu un chef pour représenter la population et diriger la province.

Sachant cela, les dirigeants doivent agir avec parcimonie, rigueur et efficacité. Ils doivent agir en fiduciaire de nos impôts. C'est avec notre argent que la province est gérée. Le budget de l'État est donc le prolongement de notre propre budget. J'ai beaucoup plus confiance à Charest qu'au PQ et à l'ADQ pour gérer mon argent et la province. Le PQ et l'ADQ sont plus attirés par le populisme et les mesures-chocs qui n'ont qu'un effet limité. Mon côté pragmatique ira sûrement pour Charest. Lorsque les conditions sont difficiles, ce n'est pas le temps de prendre des risques. La stabilité et la compétence doivent l'emporter.