Il faut sauver des arbres, encore et encore

Le retrait forcé, sous la pression de l'industrie forestière, de la publicité télévisuelle d'Hydro-Québec qui visait à encourager ses clients à adopter la facturation par Internet afin de sauver des arbres, est extrêmement navrant, pour ne pas dire plus.

Non, ce n'est pas toujours un péché de couper un arbre, mais, oui, ça l'est quand on peut l'éviter. L'objectif du gouvernement du Québec ne doit pas être de laisser couper le plus grand nombre possible d'arbres afin de générer le maximum de profits pour l'industrie forestière, mais plutôt de ne laisser couper que ce dont nous avons réellement besoin comme société et, qui plus est, de ne les laisser couper que sélectivement, dans un véritable respect des écosystèmes et de tous les animaux et plantes qui y vivent.

À long terme, pour l'ensemble des citoyens, nos forêts valent bien plus debout que coupées. L'état pitoyable actuel de tant de nos forêts est bien différent de ce que cherchent à nous montrer les publicités de l'industrie forestière, et il atteste la gestion déficiente de ces forêts jusqu'à nos jours, y compris dans nos réserves fauniques. Nouveau régime forestier ou pas, nous sommes encore très loin d'une véritable gestion de conservation.

Couper des arbres pour en faire du papier destiné à l'impression de factures ou de circulaires qu'on pourrait envoyer en grande partie par Internet, c'est un gaspillage inacceptable. Le rôle du gouvernement et des sociétés d'État est de prévenir ce type de gaspillage de nos ressources naturelles. Ils ont donc le devoir absolu de toujours viser à sauver des arbres lorsque c'est possible: il n'est pas de leur ressort de promouvoir, à la place de l'industrie forestière, la coupe des arbres et la vente de papier.

Le message d'Hydro-Québec de sauver des arbres quand c'est possible est tout à fait approprié et important. Il doit être encouragé, d'autant qu'il vient d'une société qui sacrifie énormément d'arbres lors de la création des réservoirs de ses grands projets hydroélectriques et de la coupe des corridors forestiers de ses lignes de transmission. Oui, il faut sauver des arbres, encore et encore. Cette publicité d'Hydro-Québec doit revenir sur les ondes!