Le Bloc au fédéral

Le point de vue de Jacques Brassard vient remettre sur la table la question de la pertinence du Bloc au fédéral. Nous savons que, dès le départ, sa présence à Ottawa a été voulue pour faciliter en pratique l'accession du Québec à la souveraineté à partir du moment où la population du Québec opterait pour la sécession. Au fondement de cette option se trouve l'idée que les intérêts du Québec sont mal ou moins bien servis lorsqu'ils sont administrés par un gouvernement fédéral.

Il s'ensuit que le Bloc ne peut avoir pour fonction de contribuer à ce que la gouvernance fédérale se fasse en conformité avec les intérêts du Québec. Car dans la mesure où il réussit à le faire, il atténue d'autant la raison d'être de l'option souverainiste. C'est dans la logique des choses que la baisse de popularité de cette option coïncide avec la reconnaissance par exemple de la nation québécoise ou le règlement du déséquilibre fiscal.

Les succès du Bloc à Ottawa ont aussi comme autre effet non désiré de faire en sorte que ce parti se fait hara-kiri en tant que parti sécessionniste. On n'a donc pas tort de l'assimiler en quelque sorte aux autres partis fédéralistes. Mais, à un parti politique qui ne peut pas prendre le pouvoir. Le Bloc est donc politiquement un non-sens, contraire à sa raison d'être!

À voir en vidéo