Lettres: Pressions autochtones

Dernièrement, le gouvernement libéral de Paul Martin a promis de verser plus de 5 milliards de dollars aux Amérindiens pour améliorer leurs conditions de vie.

Conscient de l'histoire préjudiciable que les autochtones ont dû traverser, il a aussi promis une compensation de 1,9 milliard pour les victimes des pensionnats. Or, cette responsabilité revient-elle vraiment aux contribuables? Il existe une entreprise qui a considérablement affaibli les autochtones, extorqué le fruit de leur chasse en plus de massacrer la faune canadienne, il s'agit de la Compagnie de la Baie d'Hudson. En effet, la plus vieille compagnie au Canada a permis d'enrichir quelques privilégiés qui ont exploité sans retenue la faune et méprisé les autochtones en leur échangeant des broutilles contre des fourrures, et ce pendant plusieurs siècles [...] C'est cette même Compagnie de la Baie d'Hudson qui s'est établie de force au Manitoba en 1812, et qui se voulait le centre des opérations des forces britanniques lorsqu'elles exterminèrent les Métis en 1885. Dans ces circonstances, ne serait-il pas normal que la Compagnie de la Baie d'Hudson dédommage les autochtones et accepte sa responsabilité en ce qui a trait au sort actuel des tribus amérindiennes au Canada, plutôt que le gouvernement canadien? (La Compagnie n'était pas canadienne avant la fin du XXe siècle.) Puisque des rumeurs d'achat visent la Compagnie de la Baie d'Hudson actuellement, il serait plus que temps pour les autochtones ainsi que pour toutes les autres victimes de la Compagnie de porter plainte et de demander leur juste part des richesses et de la fierté que la Compagnie leur a impunément volées.

Plutôt que d'augmenter la contribution des honnêtes payeurs de taxe, qui, au Québec, sont 80 % à gagner 30 000 $ ou moins, je demande à toutes les tribus amérindiennes de faire des pressions sur la Compagnie de la Baie d'Hudson afin que justice leur soit rendue et que celle qui a volé l'héritage amérindien du Canada soit tenue responsable devant la Loi et devant l'Histoire.

Très franchement, ce n'est pas aux payeurs de taxe, qui n'ont jamais participé aux massacres commis par la Baie d'Hudson, à payer pour les erreurs de cette compagnie.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.