Lettres: Détournement de vote

Jusqu'à récemment, le vote par anticipation était réservé aux électeurs qui, pour des raisons sérieuses, ne pouvaient voter le jour de l'élection et pouvaient le prouver.

Je viens d'apprendre que, grâce aux nouvelles règles du vote par anticipation au fédéral, on peut aller voter n'importe quand pendant la campagne. Le but, bien louable: accroître le taux de participation. Le résultat, bien moins joli: un candidat, ou l'un de ses représentants bien engueulés, vient sonner à votre porte, vous vend sa salade et parvient, grâce à son charme personnel et à des arguments plus ou moins valables que personne en face de lui ne pourra contrer, à vous convaincre de lui accorder votre confiance. Une fois que c'est fait, il vous emmène lui-même, dans son auto, jusqu'au bureau de vote par anticipation... Dans toute la campagne, il pourra ainsi «engranger» des centaines de voix. Si jamais vous changez d'avis entre ce jour-là et celui de l'élection, ou si vous vous rendez simplement compte qu'on vous a manipulé, eh bien, tant pis pour vous: votre vote est déjà dans l'urne!

Belle démocratie. Personnellement, je me ferai un plaisir de botter le derrière du candidat, de quelque couleur qu'il soit, qui tentera une pareille manoeuvre chez moi. Et j'encourage tous mes compatriotes à en faire autant!

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.