Au bas de l'échelle, tout n'est pas joué à l'âge de 4 ans

Au Québec, un enfant de quatre ans risque davantage de voir sa santé et son développement compromis s'il vit depuis sa naissance au sein d'une famille située au bas de l'échelle sociale. Cependant, la vapeur peut être renversée si certains facteurs de protection entrent en jeu. C'est ce qui ressort de nos travaux. [...]

Plus la position sociale des familles est élevée, meilleure est la santé des tout-petits: l'hospitalisation, l'asthme, l'embonpoint, l'hyperactivité/inattention, la carie dentaire et la non-consultation de pédiatre et de dentiste sont associés à la faible position sociale des familles.

On doit toutefois se poser la question suivante: si dans toutes les classes sociales il y avait par exemple la même proportion de tout-petits ayant été allaités, d'enfants vivant dans des familles monoparentales ou d'enfants dont les parents fument à la maison, pourrait-on encore observer des différences de santé selon la position sociale de la famille? C'est dans le but de neutraliser les effets de ces caractéristiques et de ces facteurs que des analyses plus fines ont été effectuées.

Premier exemple: l'hospitalisation

Le fait pour des bambins d'environ 4 ans de vivre depuis leur naissance au sein d'une famille située au bas de l'échelle sociale accroît leur risque d'avoir séjourné au moins une nuit à l'hôpital d'environ 41 %, comparativement aux bambins de position sociale élevée. Outre un faible statut socio-économique, d'autres facteurs augmentent la probabilité des tout-petits de passer au moins une nuit à l'hôpital: vivre dans une famille monoparentale, ne pas avoir été allaité pendant au moins six mois et avoir une mère non immigrante et qui déclare ne pas être en très bonne santé.

Observons maintenant ce que révèle l'examen de facteurs en mesure de modifier l'association entre l'hospitalisation et la position sociale de la famille. [...] Pour les enfants ayant été allaités pendant six mois, l'influence du statut socio-économique sur la probabilité d'avoir séjourné au moins une nuit à l'hôpital depuis leur naissance ne semble pas jouer. Peu importe l'appartenance sociale, les probabilités d'avoir été hospitalisé une nuit sont plus faibles dans ce groupe que dans les familles où l'enfant n'a pas été allaité pendant au moins six mois.

Maintenant, bien que l'interaction ne soit pas statistiquement significative au seuil retenu, nous avons procédé à l'examen du soutien instrumental et émotif reçu des grands-parents. [...] Dans les familles défavorisées où les grands-parents apportent leur soutien, la faible position sociale aurait un impact plus modeste sur la probabilité d'avoir été hospitalisé, une fois pris en compte l'ensemble des autres facteurs. Ces résultats révèlent le potentiel de protection de deux facteurs: l'allaitement maternel pour une période d'au moins six mois, d'une part, et, d'autre part, le rôle bénéfique du soutien des grands-parents.

Deuxième exemple: les crises d'asthme

Nos résultats montrent qu'en contrôlant l'effet de certains facteurs, l'association entre la position sociale et la probabilité de subir une crise d'asthme pour les tout-petits est amoindrie, au point de devenir non significative sur le plan statistique [...]. Ainsi, les enfants de familles se situant au bas de l'échelle sociale depuis leur naissance ont environ 47 % plus de risques d'avoir une crise d'asthme que leurs pairs issus de familles favorisées, lorsque l'on tient compte des autres facteurs.

L'examen des facteurs modifiants nous apprend ce qui suit. Pour les enfants qui vivent dans une famille de faible position sociale depuis la naissance, la probabilité plus élevée d'avoir subi une crise d'asthme s'estompe quand ceux-ci vivent dans une demeure où il n'y a ni chien ni chat. [...]

Compte tenu des résultats provenant d'autres études, nous avons une fois de plus examiné les contrastes concernant la «présence de fumée secondaire dans la maison» et la «santé déclarée de la mère» [...]. La tendance observée nous amène à penser que les désavantages liés à la position sociale de leur famille s'amenuisent pour les enfants vivant dans une maison où il n'y a pas de fumée secondaire ou encore pour ceux vivant avec une mère se déclarant en bonne santé. [...]

***

L'Annuaire du Québec 2006, préparé par l'Institut du Nouveau Monde, publié aux éditions Fides et auquel Le Devoir apporte sa collaboration depuis ses débuts en 1996, offre un tour d'horizon des grands enjeux qui traversent le Québec.

Les trois extraits que nous publions aujourd'hui sont un reflet de la variété des thèmes à nouveau abordés cette année par L'Annuaire.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.