Lettres: Estradinaire et vermouilleux Sol

Pas terre à terre pour deux sous-sols, notre clochetard tant aimé a malheureusement accompli le saut le plus fatal: le moribond (le terme est de lui, évidemment). Ce génie de la langue française (parce qu'il était véritablement génial) a fascinouillé plusieurs générations. Que ce soit par Les Médicalmants, Les Îufs limpides, Les Embarrassants Abris ou L'Univers est dans la pomme, Favreau a su nous faire rire en nous conscientisant, en nous faisant réfléchir et, ce faisant, a contribué à nous rendre meilleurs. Un clown vermouilleux, touchant, un être unique, un poète hors du commun. J'ai assisté à son pestacle Prêtez-moi une oreille à tentatives à la salle Odyssée à Gatineau au printemps dernier. Moment de joie, de pure émotion.

Ses textes imagés étaient de véritables, de rares bijoux ciselés par un orfèvre des mots. Ils constituent son héritage. On s'est attaché à lui, on l'a entendu avec plaisir et il nous a donné l'impression d'être plus intelligents. Ce soir, j'ai les larmes à l'oeil; ce personnage tant aimé emporte avec lui une partie de moi. La Boîte à surprises perd encore l'un des siens et la vieille enfant que je suis a l'âme à la tristesse. Sol est parti rejoindre Paillasson. Va y avoir toute une Ribouldingue de l'aut' bord!