Lettres: Et tout le monde regarde encore...

En réponse à la lettre de Marie Gaudence, publiée dans Le Devoir du jeudi 29 septembre 2005

Mme Gaudence,

Je ne suis pas une habituée de l'émission Tout le monde en parle. Tout simplement parce que, contrairement à vous, je n'y vois rien qui soit livré avec respect. Là où vous observez de l'humour, je perçois plutôt de la stupidité qui m'apparaît bien souvent aussi abjecte que les propos d'un doc Mailloux. Ne pensez pas que je ne partage pas votre indignation. Seulement, je me demande à combien de débats sur la responsabilité de la télévision publique et sur l'émission de Guy A. Lepage devrons-nous nous soumettre avant de tout simplement éteindre nos téléviseurs le dimanche soir? Combien de personnes, dont vous êtes, témoignant avec raison et ardeur leur désaccord avec Radio-Canada d'avoir permis à un tel homme de s'exprimer publiquement, seront tout de même au rendez-vous dimanche prochain?

Parce que, pour moi, la propagation des préjugés à cette émission ne fait pas son apparition avec les propos honteux dont on a été témoin le dimanche 25 septembre. Y entendre Renée-Claude Brazeau exposer ses critères de beauté sur une échelle de 1 à 10 et voir Isabelle Maréchal faire l'éloge de son corps, c'est aussi ça véhiculer des préjugés. Ce sont des préjugés anodins, que je ne peux certes pas comparer avec ceux que vous dénoncez avec conviction, j'en suis consciente. Mais ils démontrent bien à quel point la pertinence et les débats de fond que vous sembliez retrouver avant le passage de Mailloux, sont malheureusement bien souvent absents de la programmation. Pourtant, ce n'est pas là que l'on s'indigne...

Et si Guy A. Lepage avait démontré la force de remettre en doute de façon brillante les commentaires de son invité au lieu de se complaire dans l'injure? L'insulte est bien souvent l'argument final de celui qui ne trouve plus rien à dire, dit-on. Et à voir avec quel empressement les grossièretés se répandent sur le plateau de Tout le monde en parle, je doute bien fort de la capacité d'argumentation de son animateur. Dommage, parce que ce dimanche-là, si un peu moins d'ignorance et un peu plus de discernement avaient régné sur le plateau de Tout le monde en parle, peut-être ne seriez-vous pas aux prises avec des questions sans réponse devant vos filles...