Lettres: UdeM : pas d'engagement du fédéral

Je vous écris afin de corriger la teneur de l'article paru dans votre édition du 28 septembre sur la gare de triage d'Outremont qui titre «Lapierre offre 40 millions pour le campus de l'UdeM». Le titre est erroné.

Lors de cet entretien avec la journaliste Kathleen Lévesque, je lui ai mentionné qu'on avait porté à mon attention que la phase I du projet pouvait se chiffrer à 40 millions. Dans les faits, et je l'ai toujours dit dans le passé, j'apporterai mon entière collaboration à l'Université de Montréal afin de voir la gare de triage déménagée et décontaminée et ce, afin de favoriser le développement futur de l'université. J'ai également toujours reconnu que les besoins de l'université étaient grands et que ce terrain pourrait être revalorisé en accueillant de futurs pavillons de l'université.

L'article de Mme Lévesque reflète bien mon engagement envers le projet de l'université, mais il serait irresponsable, en tant que député d'Outremont et ministre des Transports, d'engager des fonds publics pour un projet dont nous n'avons pas encore tous les tenants et aboutissants et pour lequel les discussions exploratoires viennent à peine de débuter.

Lors de ma récente rencontre avec le recteur de l'université, M. Luc Vinet, il n'a jamais été question de demander ou d'offrir 40 millions pour le campus. Il a toujours été question de travailler en étroite collaboration avec les partenaires, soit l'université, la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, afin de servir l'intérêt public.

Par ailleurs, je tiens à réitérer mon entière collaboration dans ce dossier.

Bien à vous,