Lettres: Annonce classée

Boisclair met sur le compte de la jeunesse ses erreurs passées d'il y a quatre ans et mise sur sa jeunesse pour se faire couronner. La coke, c'est OK, Boisclair n'est tout de même pas allé jusqu'à voler une paire de gants. L'affaire est classée. La page tournée. Boisclair est ailleurs. Place aux vrais débats! Les neuf candidats ont enfin voix au chapitre. Neuf têtes valent mieux qu'une et des idées émergent: environnement, gel voire abolition des frais de scolarité, augmentation du salaire minimum, médecine préventive, etc., autant de sujets qui apportent de l'eau au moulin.

Malgré que les médias aient fait de Boisclair la vedette de la course, la formule trio des débats présente l'avantage de faire connaître l'ensemble des candidats, leur talent d'orateur, leur sens de l'écoute, de la répartie, de l'humour, leur humeur, leur personnalité, leurs idées, leurs arguments, leur cohérence, leur esprit de synthèse, la qualité de leur français, leur capacité à ne pas se laisser désarçonner, à gérer un niveau élevé de stress, à improviser.

Les électeurs devront se montrer plus attentifs que partisans. Qui en impose comme chef? Les médias à la solde des fédéralistes favorisent Boisclair. Si les électeurs dispersent les votes entre Marois et Legendre, Boisclair sera élu. Un homme en pleine possession de ses moyens, un homme serein. Un homme et son passé.