Lettres: L'Inquisition revit

L'Église romaine, et dite catholique, n'a d'aucune façon le courage d'assumer ses erreurs d'interprétation biblique et historique.

Ses erreurs aussi dans sa prétention que le voeu de chasteté imposé à ses ecclésiastiques n'est qu'une profonde dérive des appels incessants de la condition humaine. Les tristes problèmes de plusieurs membres de son haut et bas clergé témoignent inlassablement d'une vision sublimée et incontrôlable des êtres naturellement sexués qui ont choisi de s'y aventurer. Si le pape Benoît XVI se permet de décider qu'aucun «homosexuel» ne pourra accéder à la prêtrise, il devra avoir l'honnêteté de dire que des cardinaux, des évêques, des prêtres et des papes, plusieurs n'ont pu assumer une telle exigence. Hétérosexuels ou homosexuels, tous les croyants et «pratiquants» de ce monde ne peuvent laisser tomber ces appels de vie normale qui sont la norme indissociable de notre condition. À trop vouloir prétendre et accéder à la vie des anges, l'Église catholique se prépare de douloureux et coûteux lendemains.