Lettres: Y en a marre des chauffards !

Que ce soit en coupant sur les autoroutes, en dépassant largement les limites de vitesse, en collant les autres véhicules au derrière, en démarrant brusquement sur une lumière encore rouge, en frappant presque des piétons qui traversent un feu vert, les automobilistes qui sont adeptes de la conduite dangereuse doivent être considérés comme des criminels.

Mais pourquoi donc, si une grande part de la population a cette mauvaise habitude? Doit-on considérer le père de famille, le jeune collégien, la travailleuse monoparentale ou le livreur en retard comme des criminels pour avoir fait un écart de conduite qui aurait pu causer la mort d'autres usagers de la route? La vraie question doit plutôt être: pourquoi pas? Nous sommes dans un pays libre, mais la liberté individuelle a un prix: celle des autres. Dès qu'un automobiliste quitte son stationnement, il vit en société et la loi veut qu'on respecte la liberté ainsi que la sécurité d'autrui. L'inverse équivaut à commettre des actes criminels.

L'automobile est une arme, peu importe sa taille. Sur la route, dès qu'on tente une manoeuvre dangereuse, à part pour éviter un accident, on fait fi de la sécurité des autres pour son propre besoin personnel, la plupart du temps pour gagner quelques secondes.

Quand je pense que beaucoup d'automobilistes dangereux continuent de perpétrer leurs actes criminels sur les routes même après avoir reçu une contravention, pestant contre le système judiciaire plutôt que contre leur propre comportement, je me questionne. Pensent-ils aux éventuels enfants dans les voitures des autres? Pensent-ils aux familles qu'ils risquent de briser pour le reste de la vie, et ce, en une fraction de seconde à peine? Est-ce de l'insouciance, de l'inconscience ou de l'égocentrisme mêlé de méchanceté? Peut-être est-ce tout cela à la fois.

Personne n'a le droit de provoquer la mort de quelqu'un d'autre, peu importe par quel moyen. Quand je vois certaines personnes dire avec fierté qu'elles ont fait une manoeuvre dangereuse sur la route, je me dis qu'il y a tellement de coups de pied au derrière qui se perdent qu'on aurait pu faire vivre toute une industrie de bottes à «cap» d'acier juste pour cette cause.