Lettres: À quand le retour des trains de marchandises?

On a beau discuter des coûts du réseau routier, tant qu'on laissera rouler d'immenses camions, la longueur de leur remorque faisant au moins celle de trois voitures de taille moyenne, le simple automobiliste en paiera toujours les frais.

Combien pèse un seul de ces mastodontes? Multipliez par des dizaines ou des centaines de ces camions et vous endommagez les autoroutes beaucoup plus vite que vous en bouchez les trous. Il n'y a pas si longtemps, j'ai compté jusqu'à 15 de ces poids lourds sur le pont Champlain (direction sud), sur la voie rapide s'il vous plaît, l'un derrière l'autre. J'ai eu la vision d'un train de marchandises. Combien de demi-kilomètres sont occupés de cette façon, quotidiennement, à la grandeur du Québec? C'est sans compter le danger public qu'ils représentent. Hier, devant moi, un de ces monstres a franchi la double ligne blanche séparant l'autoroute de la sortie menant au pont Champlain (direction nord), juste au début de la bretelle, après avoir, sans aucune gêne, remonté la file longue d'au moins une douzaine d'automobiles. Tassez-vous, je passe! Du haut de leur siège, certains camionneurs nous voient comme des fourmis. Les exemples de la sorte se multiplient. Qu'est-ce qu'on attend? J'aurais envie de dire ceci à nos gouvernants: à défaut de voir à la sécurité publique, vous pourriez économiser des millions de dollars en infrastructures. Parlons argent puisque c'est le seul mot qui soit entendu de nos jours.