Lettres: Quand les fédéralistes négocient ensemble!

Au cours des dernières semaines, de nombreux articles intrigants ont été publiés dans votre journal. On peut y lire que le gouvernement provincial dénonce le fédéral pour ne pas collaborer. La dernière chicane touche les négociations entre les fonctionnaires des deux ordres de gouvernement sur le programme national de garderie. La signature d'une entente permettant au Québec de toucher sa part traîne.

Monsieur Pettigrew avait affirmé, il y a quelques jours, qu'il ne voulait pas céder aux Québécois par peur des réactions des séparatistes. Est-ce ce que Paul Martin voulait dire lorsqu'il parlait de fédéralisme asymétrique? Donner aux autres provinces et affamer le Québec? Nous sommes pénalisés d'avoir mis sur pied un système de garderie qui fonctionne bien. Cette politique de Pauline Marois fait-elle peur aux fédéralistes? Est-ce madame Marois qui bouleverse le gouvernement fédéral? Même dans l'opposition, les souverainistes font suffisamment peur pour empêcher le Québec de faire des gains!

Le tableau qui nous est présenté a de quoi faire rire. Ce gouvernement fédéral s'est fait réélire en promettant de faire une place au Québec. Il la refuse à un gouvernement provincial, qui s'est fait élire en promettant qu'il négocierait mieux que les méchants séparatistes avec ses alliés fédéralistes. Le général Charles de Gaulle savait ce qu'il disait quand il a lancé «Vive le Québec libre!» Comment le Québec pourra-t-il se faire respecter autrement dans cette «fédération»?