Lettres: Un geste opportuniste

Michaëlle Jean a enfin brisé son silence, sous la pression, je dois dire, une pression un peu gênante de quelques souverainistes. Mais même madame trouve la situation assez importante pour répondre et clarifier la chose.

Je brise mon silence devant cette chose qui me rend mal à l'aise depuis le début.

Je dois dire que depuis quelques semaines je regarde la chose évoluer. J'écoute les extraits de films de son conjoint; j'admire la beauté de la femme, j'écoute le propos.

J'arrive à un constat pour le moins troublant. Mme Jean affirme ne jamais avoir été souverainiste, pas plus que son mari; donc elle peut (et veut) occuper le poste de gouverneur général du Canada.

Si c'est le cas, ils auraient berné le mouvement souverainiste pendant des années en étant dans leur cercle intime, en faisant film après film avec eux pour faire connaître leur thèse?

Je suis mal à l'aise devant cette situation, car j'aime bien Mme Jean. Mais je dois dire, par contre, que je sens de l'opportunisme à plein nez. Pensez pour un moment que, si le Québec avait atteint son statut de souveraineté quelque part dans les dix dernières années, aujourd'hui Mme Jean, accédant au poste de lieutenant général du Québec, nous dirait que depuis toujours elle est souverainiste, ayant les films et les déclarations de son mari comme preuve.

Je suis mal à l'aise.