Lettres: Les médias et le marché pétrolier

En ces jours où la montée vertigineuse du prix de l'essence à la pompe occupe une place prépondérante dans les médias, il convient de s'interroger sur la nature des marchés boursiers. Combien de fois par jour entendons-nous des expressions telles «les marchés réagissent à l'instabilité politique au Moyen-Orient» ou bien «les marchés craignent un nouvel attentat terroriste»? Mais d'où peut bien provenir cette force occulte, hors de la portée humaine, qu'on appelle «le marché»?

On calcule que cette «spéculation sur la peur» est responsable de près de 40 % du prix du baril de pétrole. Il me semble que les médias devraient s'efforcer de pousser davantage l'analyse en ciblant les personnes concernées et non l'espace anonyme que constitue le marché. Derrière ce lieu mystique se cachent des spéculateurs, des courtiers et des investisseurs qui sont directement responsables de la flambée des prix et qui, à nos dépens, s'accaparent cette valeur ajoutée.

Il n'est pas étonnant par la suite de voir les dirigeants d'Exxon-Mobil se vanter d'avoir réalisé des profits records de plus de 25 milliards de dollars dans la dernière année, et ce, malgré l'instabilité géopolitique que l'on connaît.