Lettres: Une occasion de rebondir

Ma première réaction à l'annonce de la démission de Bernard Landry est le regret: ce regret qu'il n'ait pas lui-même lancé une course au leadership. Il part avec un sentiment d'échec.

Je crois sincèrement qu'il ne le mérite pas. Mais il ne doit qu'à sa mauvaise stratégie ce départ précipité qui ne l'aurait jamais été si sa «saison des idées» avait commencé par une course à la direction. Cela dit, oui, il faut une nouvelle personnalité comme candidat à la tête du PQ. Gilles Duceppe saura-t-il résister à la tentation? J'ai bien peur que non. Voici, en tout cas, l'occasion pour le PQ de rebondir, non pas pour consolider son avance dans les sondages, mais pour augmenter l'appui à la souveraineté. L'avenir n'est pas dans les sondages, mais dans la lutte quotidienne et rassembleuse de tous et de toutes.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.