Lettres: Comme un plat indigeste

Les communications sont un segment incontournable des entreprises d'aujourd'hui, que ce soit pour donner une information plus juste ou pour populariser un produit ou un service. La publicité n'est pas une mauvaise chose en soi, bien qu'elle soit souvent critiquée pour sa présence de plus en plus en grande dans nos vies. Là où il importe de porter une critique encore plus grande, à mon avis, c'est lorsqu'un gouvernement décide de faire de la publicité au sujet de son mandat.

Les foyers québécois ont reçu une brochure faisant l'éloge de la mi-mandat du gouvernement Charest. Il est inacceptable que les sommes investies aient pour but de redorer l'image d'une gouverne publique. Il ne faut évidemment pas blâmer uniquement le Parti libéral puisque d'autres l'ont déjà abondamment fait par le passé. Bien que les sommes en jeu soient minimes en pourcentage du budget total de l'État, cet argent n'aurait-il pas eu meilleure utilité dans les secteurs qui en ont cruellement besoin? Les seules actions d'un gouvernement devraient suffire à lui faire publicité. [...]

Ce qui est dommage, c'est de constater que le gouvernement se sent dans l'obligation de promouvoir ses actions, un peu comme une chaîne de restauration rapide obligée de promouvoir ses hamburgers. Plus le produit est mauvais, plus il a besoin d'une campagne de promotion. En fait, plutôt que de passer de nombreuses heures à planifier de la publicité et de verser des sommes faramineuses à un agent de communication, le gouvernement devrait utiliser ce temps et cette énergie pour résoudre les problèmes du Québec. Nous parlons souvent de l'influence des États-Unis sur notre société; nous en voyons une ici, soit la gestion du bien collectif comme une entreprise. Et, comme toute entreprise, le marketing est primordial et de plus en plus efficace, tellement efficace qu'il réussit la plupart du temps à nous faire avaler un plat indigeste.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.