Lettres: Des parents compétents

Lettre à Carole Théberge, ministre de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine

J'ai entendu vos déclarations la semaine dernière au sujet des CPE et de leur mode de gestion, et quelle n'a pas été ma surprise de voir tant de mépris dans vos propos. Comme ça, les CPE seraient gérés par des incompétents, pire, les membres qui constituent les conseils d'administration le seraient tout autant! J'ai siégé deux ans au conseil d'administration de mon CPE, et vous seriez bien étonnée de voir la qualité de l'expertise professionnelle des parents et de l'équipe permanente qui y siégeaient. Mais d'où tenez-vous vos renseignements? Il est particulièrement insultant pour les parents qui donnent de leur temps bénévolement, les éducateurs et les directions de CPE de se faire traiter de la sorte.

Mon CPE a 35 ans et termine son dernier exercice financier avec un déficit, le premier depuis longtemps. Pourquoi? Parce qu'avec deux années consécutives de coupes, nous n'y arrivons plus. Parce qu'avec des normes de financement qui nous sont connues seulement six mois après le début de l'année financière, nous n'y arrivons toujours plus. Il n'y a pas de gras à couper dans les CPE, seulement des services aux enfants. Vous pouvez bien placer tous les fonctionnaires voulus aux conseils d'administration de tous les CPE du Québec, vous serez sûrement déçue du rapport coût-bénéfice de cette mesure.

Les parents d'enfants qui fréquentent les CPE ont les compétences requises pour gérer leur CPE, à la condition qu'on ne les démotive pas publiquement, comme vous l'avez fait la semaine dernière. Si votre gouvernement espère travailler de la sorte avec les services de garde, il est bien mal parti, et nous aussi.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.