Lettres: Michael Collins, Gandhi, Yitzhak Rabin et Pier-André Bouchard

Le révolutionnaire irlandais Michael Collins fut assassiné par l'IRA pour avoir accepté le partage de l'Irlande. Gandhi fut assassiné pour avoir accepté le partage de l'Inde. Yitzhak Rabin fut aussi assassiné par des extrémistes sionistes pour avoir conclu les accords d'Oslo. Tous les trois, pour ne nommer que ceux-là, ont payé de leur vie d'avoir «négocié une entente à rabais».

L'agression sauvage subie par le président de la FEUQ, Pier-André Bouchard, le 14 avril dernier, a été excusée par la porte-parole de la CASSEE, Héloise Moysan-Lapointe, comme étant le juste sort de celui qui avait négocié une «entente à rabais». En matière de tolérance et de respect humain, ne pas condamner, c'est approuver. En d'autres temps et d'autres lieux, elle aurait dansé sur son cadavre.

Rien n'est plus facile que de ne pas s'entendre. Toute entente comporte en elle-même le compromis. La victoire étudiante dans le récent conflit des prêts et bourses se mesure à l'extrême humiliation du gouvernement Charest, forcé de négocier d'égal à égal avec les étudiants, ceux-ci étant une simple catégorie de citoyens soumis aux décisions politiques du gouvernement.

Tout sympathisant de gauche que je sois, je déplore amèrement cette agression comme preuve que l'extrémisme et le jusqu'au-boutisme sont, autant que les méchants capitalistes, les causes de tous les malheurs du monde. Toujours et partout, il y aura des aveugles qui, par frustration, par orgueil, par ignorance ou par power trip, seront incapables d'apprécier leur victoire.

Ce n'est pas l'anglais qu'il faudrait enseigner dès la première année, c'est l'histoire.