Lettres: Il faut limiter les dépenses électorales

Le scandale des commandites va se répéter si on ne limite pas davantage les dépenses électorales autorisées des candidats aux niveaux fédéral, provincial et même municipal.

Un exemple: chaque candidat aux élections provinciales est autorisé à dépenser environ 60 000 $ pour se faire élire, sans compter les autres dépenses partisanes entre deux scrutins.

C'est trop, beaucoup trop.

Ça sert à payer, entre autres, ces fameuses grandes pancartes en coroplaste qui, pendant plus d'un mois, montrent les visages de nos chers candidats sur tous nos poteaux. Par la suite, ces pancartes prennent le chemin de nos dépotoirs, où elles prennent des centaines d'années à se décomposer.

Donc, il faudrait couper les dépenses autorisées de moitié (au moins), limiter aussi les dépenses des partis entre les élections et augmenter le pouvoir du directeur général des élections pour bien surveiller le tout.

Si chaque candidat a besoin d'aller chercher moins d'argent chez les «généreux donateurs», il sera moins «redevable» à ceux-ci et n'aura plus autant à leur promettre de très très payantes «ristournes» gouvernementales sous différentes formes.