Lettres: Ados et sexualité

Bonjour. Après avoir lu l'article d'aujourd'hui concernant les ados et la sexualité, je me suis senti suffisamment mal à l'aise pour consulter les programmes du ministère de l'Éducation du Québec (MEQ) afin de tenter de mieux comprendre la situation.

J'ai abouti à la version électronique de la brochure intitulée: L'éducation à la sexualité dans le contexte de la réforme de l'éducation pour être non plus mal à l'aise, mais horrifié de ce que j'y ai trouvé.

En effet, avec un zèle messianique où tous les coups sont permis (à commencer par la mise à l'index de ceux qui ne seraient pas d'accord, selon le bon vieux principe de «celui qui n'est pas pour moi est contre moi»), on ne peut que constater qu'il y a là l'action de pompiers incendiaires, qui pour guérir nos enfants du sexe et de la sexualité les en abreuvent ad nauseam du préscolaire au collégial et demandent ensuite sur toutes les tribunes de faire encore plus d'éducation sexuelle, sans pour autant rougir du possible conflit d'intérêts.

Véritables obsédés sexuels, les auteurs encouragent par exemple les enseignants du primaire à mettre le sexe à toutes les sauces et dans toutes les matières du français (faire une recherche sur la transmission des maladies sexuelles) jusqu'aux arts plastiques (dessiner le ventre de ta maman et/ou les différences entre garçons et filles) en passant par les cours de religion avec un couplet pour les catholiques et un autre pour les protestants. Notons aussi pour couronner le tout que la brochure est illustrée de nombreuses images de jeunes en train de se caresser dans des poses plus ou moins lascives.

Mettre autant de zèle pour l'apprentissage du français ou des maths feraient des petits Québécois des premiers de classe dans ces deux matières. Mais on préfère visiblement, par Raspoutines interposés, s'éclater dans le sexe dès cinq ans!

Le drame actuel de l'éducation se trouve donc bien au sein du MEQ qui, en approuvant ce torchon en tant que programme des réformes, cède à n'importe quelle mode aussi farfelue soit-elle, au détriment de l'équilibre moral des enfants.

Serait-il possible d'éliminer une bonne fois pour toutes tous ces zélés du sexe qui sont un véritable poison de la société?

Merci.