Lettres: Laïcisons les écoles et libérons les esprits!

Réponse à l'article «Laïciser les écoles ou les esprits», de Pierre Cardinal (Le Devoir, édition du 8 avril 2005)

Le propos de Pierre Cardinal, qui soutient que l'enseignement religieux dans nos écoles doit garantir la diversité dans la manière d'appréhender le monde est inadmissible («Laïciser les écoles ou les esprits», Le Devoir, édition du 8 avril 2005). Selon nous, il faut voir comment cette pratique cantonne chacune des religions dans l'explication de ses dogmes respectifs, c'est-à-dire dans l'affirmation de vérités ultimes que l'on se doit d'accepter inconditionnellement au risque de perdre son statut de croyant. Si toutefois nous rendons à César ce qui est à César (Luc, 20, 25), il est vrai qu'après une bonne dose d'endoctrinement, les enseignements religieux finissent bel et bien par exposer aux enfants les autres vérités religieuses concurrentes. Toutefois, ces enseignements confessionnels n'exposent pas leurs concurrents spirituels par grandeur d'âme, mais bien parce que leur cohabitation avec ceux-ci est une réalité obligée au sein de nos sociétés démocratiques et libérales. En ce sens, ce n'est certainement pas l'enseignement religieux qui garantit la diversité dans la manière d'appréhender le monde, mais plutôt la diversité dans la manière d'appréhender le monde qui oblige désormais les enseignements religieux à revoir leurs stratégies pour colporter leurs dogmes vitaux.

Or, si nous pensons devoir enseigner à la jeunesse des connaissances théoriques et pratiques servant à la construction d'une société plus juste, nous devrions peut-être permettre aux enfants de se rencontrer en classe afin qu'ils apprennent à réfléchir en commun sur les enjeux du «vivre ensemble». En les initiant, par exemple, à l'art de la discussion critique et à la pensée par et pour eux-mêmes, plutôt que de leur imposer ces encombrantes identités religieuses qui ne furent jamais qu'englobantes ou meurtrières dans l'histoire de l'humanité. Si nous respectons vraiment la liberté de nos enfants à choisir et à comprendre la spiritualité qui leur conviendra en tant qu'adulte, et si nous croyons véritablement à la justesse de nos dogmes religieux, nous ne devrions pas avoir peur de favoriser d'abord le développement de leur jugement critique avant de les exposer aux «Saintes Vérités».

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.