Lettres: Comparer des pommes et des oranges

La commission Gomery nous a révélé que les partis politiques québécois, soit le PQ et le PLQ, auraient touché de l'argent provenant de Groupaction. Bien vite, nous avons vu le PLC, l'ineffable Jean Lapierre en tête, accuser en Chambre les «péquistes du Bloc» (sic) d'être dans le coup en plus d'affirmer que c'est toute la classe politique qui est touchée par ce scandale. Un instant, s'il vous plaît!

Il est sûrement vrai que Groupaction a versé de l'argent aux partis politiques québécois par les voies légales en espérant obtenir un retour d'ascenseur. Après tout, il semble que cela ait fonctionné à merveille au palier fédéral. Cependant, comme les représentants du PLQ et du PQ l'ont fait remarquer, on ne peut pas vérifier les motifs des contributions de tous les citoyens! De toute façon, on n'obtiendrait certainement pas les vraies réponses à ces questions.

J'invite donc la population à ne pas tomber dans le piège du PLC, qui espère faire couler toute la classe politique avec «son» scandale afin de ne pas subir pleinement les conséquences de ses gestes.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.