Lettres: Ne touchons pas à notre loi!

À la suite de la décision de la Cour suprême sur le maintien de la loi 101, je dois avouer être déçu de la façon dont les médias ont présenté l'affaire. Ils ont tous présenté des exemples de francophones qui veulent apprendre l'anglais et être bilingues et qui se disent tous brimés dans leurs droits.

Je suis allé à l'école en français et suis pourtant parfaitement bilingue aujourd'hui. Les gens doivent comprendre l'importance et la fragilité de notre langue et se doter d'autres moyens pour approfondir leur connaissance d'une langue seconde que de s'attaquer à la source même de la culture québécoise.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.