Il faut arrêter de jongler avec le budget des stagiaires

Des mesures qui font reculer la condition étudiante, à court ou à long terme, ne sont pas des mesures acceptables, estiment les signataires.
Photo: FG Trade via Getty Images Des mesures qui font reculer la condition étudiante, à court ou à long terme, ne sont pas des mesures acceptables, estiment les signataires.

C’est à quelques jours de la rentrée universitaire que nous avons appris le fossé de près de 4000 $ qui venait de se creuser dans le budget de plusieurs personnes étudiantes. Ces dernières ont appris que le Programme de bourses de soutien à la persévérance et à la réussite des stagiaires serait interrompu. Cela a eu lieu moins d’une semaine avant la date prévue de réception des bourses pour les étudiants qui réalisent leur dernier stage de baccalauréat à l’automne. Ceux-ci entament donc le moment charnière de leur baccalauréat sans la ressource qui leur avait été promise et à partir de laquelle ils avaient prévu leur budget. Rappelons qu’ils travailleront à temps plein sans rémunération.

L’excuse donnée par le gouvernement Legault est que cette bourse sera remplacée par le programme Perspective Québec. Cette initiative se veut un incitatif pour accroître les inscriptions dans certains programmes d’études en manque de main-d’oeuvre et jugés prioritaires au Québec. Les personnes étudiantes des programmes ciblés pourront faire une demande et recevoir une bourse de 2500 $ par session, remise une fois qu’une preuve de la réussite de tous les cours de la session a été fournie et que toutes les demandes ont été traitées.

Puisque les milieux des services sociaux et de l’enseignement sont marqués par une pénurie de main-d’oeuvre majeure, les programmes d’enseignement, de sciences infirmières et de travail social font partie du programme de bourses Perspective Québec. Or, sous prétexte que ces bourses sont plus généreuses, à long terme, que les compensations financières de stage, ces programmes d’études ont été retirés de la liste des programmes admissibles aux compensations financières de stages annoncées en 2019 à la suite de la mobilisation étudiante pour la reconnaissance du travail réalisé par la population étudiante en stage. Or, qu’adviendra-t-il des compensations financières de stage lorsque le gouvernement jugera que le programme Perspective Québec a fait son temps ?

Sur le plan strictement financier, les deux programmes sont loin d’être équivalents. Alors que la compensation financière de stage initialement prévue devait nous être remise en deux versements, soit le premier en début de session et le deuxième après la confirmation de la réussite du stage, il s’avère que les étudiants ne verront la couleur de la bourse Perspective Québec qu’en février 2023, une fois que toutes les demandes déposées à l’automne auront été traitées. D’ici là, les dépenses liées à l’épicerie, le loyer et toutes les autres dépenses s’accumuleront, en période d’inflation, de surcroît.

En outre, aucune mention de ce changement n’a été communiquée directement aux membres de la population étudiante concernée, quoi qu’en dise la ministre McCann. Il a donc été impossible pour les stagiaires actuels de planifier leur budget de l’automne en conséquence.

Qui plus est, ces deux programmes, aux yeux de la population étudiante, ne répondent pas du tout aux mêmes objectifs. Les compensations financières de stage sont un premier pas vers l’équité des stagiaires. Elles permettent de reconnaître la charge financière supplémentaire qu’impose un stage et le travail étudiant sous-jacent, et ce, dans des domaines à prédominance féminine. À l’inverse, les bourses Perspective Québec visent explicitement à attirer plus d’étudiantes et d’étudiants dans les secteurs où il est prioritaire de pallier la rareté de main-d’oeuvre aux yeux du gouvernement.

Nous exprimons des craintes sérieuses quant à la pérennité des compensations financières de stage, et, pour cette raison, nous exigeons qu’elles soient maintenues lors du retrait des bourses Perspective Québec. Également, nous demandons à la ministre Danielle McCann de verser dès maintenant la compensation financière de stage initialement prévue pour la présente session d’automne, pour assurer une situation financière décente lors de la réalisation du stage.

Le gouvernement souhaite combler la rareté de main-d’oeuvre ; or, c’est en offrant des conditions d’études et de réalisation de stages adéquates, sans faire de croc-en-jambe à la population étudiante à la dernière minute, qu’il réussira à rendre les programmes en santé, en services sociaux et en éducation réellement attrayants. Des mesures qui font reculer la condition étudiante, à court ou à long terme, ne sont pas des mesures acceptables.

* Ce texte est signé par:

Catherine Boire-Messier, responsable à la direction de l’Association générale des étudiantes et étudiants de la faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke (AGEEFEUS);
Coralie Boudreau-Rivière, présidente de l’Association des étudiants et des étudiantes au baccalauréat en éducation au préscolaire et en enseignement au primaire de l’Université Laval (AÉBÉPEP-ULaval);
Florence Brousseau, présidente de l’Association générale des étudiants et des étudiantes en sciences infirmières de l’Université de Sherbrooke (AGÉÉSIUS);
Léïa Charette, présidente de l’Association des étudiants du Baccalauréat en enseignement au secondaire (AEBES-UQTR);
Philippe Doucet, président de l’Association des étudiants du Baccalauréat en enseignement du français langue seconde de l’Université Laval (ABEFLS-ULaval);
Véronique Girard, coordonnatrice générale de l’Association étudiante en enseignement secondaire de l’Université Laval (AÉESUL);
Savannah Hamaoui, présidente de l’Association étudiante en enseignement au secondaire de l’Université de Montréal (AÉESUM-UdeM);
Camille Nicaise, responsable à la coordination de l’Association des étudiantes et étudiants de la faculté de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (ADEESE-UQAM);
François Sergerie St-Jacques, président du Regroupement des étudiantes et étudiants en enseignement - Université du Québec à Rimouski (RÉÉES-UQAR).

À voir en vidéo