Afghanistan, le nouvel avertissement

«En Afghanistan, on ne trouve même pas 1 médecin pour un 1 million d’habitants», écrit l'auteur.
Photo: Wakil Kohsar Agence France-Presse «En Afghanistan, on ne trouve même pas 1 médecin pour un 1 million d’habitants», écrit l'auteur.

Cela fait onze mois que les talibans ont installé un nouveau genre de dictature rétrograde, obscurantiste et cauchemardesque en plein centre du carrefour des civilisations. Ce nouveau régime digne d’Ali baba et des 40 voleurs ne ressemble à aucun autre régime autoritaire dans l’histoire contemporaine. Cependant, on y trouve des similitudes tragiques avec le régime de Hitler, de Staline, des khmers rouges, l’apartheid en Afrique du Sud, etc.

Il faudra beaucoup d’encre afin de noircir les centaines de pages nécessaires pour décrire cet étrange « régime moyenâgeux taliban » bourré de surprises inimaginables et horribles.

En Occident, comme toujours, les connaissances des réalités de notre pays et de notre particularité sociopolitique sont très mauvaises. Probablement que beaucoup sont victimes de la désinformation des lobbys pro pakistanais ou des élites nationalistes pachtounes, généralement favorables aux talibans. C’est pour cela que nous sommes aussi victimes d’erreurs d’appréciation et de bavures de la part des pays « amis ».

Une de ces erreurs — qui a eu des conséquences très graves sur nous — c’est que les Occidentaux sont intervenus sans concertation ni coordination avec les forces de la résistance. Puis, ils se sont retirés de manière irresponsable, laissant le champ libre à l’arrivée des talibans dans Kaboul. Dans l’esprit de nos villageois, « nos amis occidentaux » ont en quelque sorte remis le pouvoir aux talibans. Dit autrement, les Occidentaux sont responsables du retour en force de ces « serpents venimeux et blessés ».

On a l’impression que certains milieux diplomatiques font confiance aux talibans en s’appuyant sur leur promesse de ne pas s’ingérer ou de menacer d’autres pays à partir de leur « Émirat islamique » en vertu des « accords de Doha ». Cette promesse talibane est pourtant pur mensonge et n’a aucune valeur. Toutes les hypothèses possibles et imaginables, tous leurs agissements jusqu’ici ainsi que leur idéologie, nous font penser que les talibans ne s’arrêteront pas.

Ils ne se sentiront pas gênés par les frontières actuelles. Les talibans ont un rêve et leur fantasme est d’aller libérer Samarcande, Boukhara, ainsi que d’aller aider « tous les frères d’arme » et les « musulmans opprimés » victimes de différents types d’oppression (colonialisme, impérialisme américain et décadence occidentale). Ils ont la volonté de refonder « l’empire islamique ». Les talibans considèrent que l’islam a déraillé depuis le deuxième calife de l’Islam. Sans le dire à haute voix, ils remettent en cause 1400 ans d’histoire et de civilisation islamique. Pour eux, l’empire abbasside, les Ottomans et les Seldjoukides ont dévié de la force et de l’esprit de l’Islam originel. C’est pour cela qu’on peut les considérer comme étant dangereusement obscurantistes et rétrogrades.

Voici un exemple concret pour expliquer le danger et la menace que les talibans posent contre la paix et la stabilité régionale.

 

Avant le 15 août 2021, on comptait 200 à 300 écoles coraniques (c’est déjà énorme !) dans la seule province de Kandahar. Maintenant, on dit que les talibans envisagent de créer de 1000 à 1500 écoles coraniques rien que dans cette province.

Selon les mêmes informations, non confirmées, les talibans envisageraient de créer presque autant d’écoles coraniques (1000 écoles) dans chaque province. Notre pays compte 34 provinces. Selon d’autres informations qui ont circulé de façon non officielle, les talibans pensent créer une école coranique (dans le style taliban) juste à côté de la tombe du commandant Massoud, dans la province du Panjshir. Oui, notre héros national, celui qui a d’abord combattu l’invasion soviétique puis, l’invasion d’al-Qaïda et les talibans ainsi que l’idéologie terroriste, obscurantiste et rétrograde qu’ils partagent avec leurs alliés.

Quelle provocation honteuse !

Donc, si la création de ses écoles coranique se réalise vraiment, nous pourrions avoir (d’ici un an ou deux) 34000 écoles coraniques sur le territoire. Si chaque école coranique donne 100 talibans diplômés par an, faites le compte ! On obtiendra rapidement et facilement trois millions talibans bien endoctrinés et fortement motivés.

Parallèlement à cela, nous savons que l’Afghanistan est l’un des pays le moins développés du monde. La quarantaine d’années de guerre nous a enfoncés encore plus dans le sous-développement et la misère. À titre de comparaison, à Cuba, il y a en moyenne 1 médecin pour 2000 habitants. En Afghanistan, on ne trouve même pas 1 médecin pour un 1 million d’habitants. En plus, depuis le 15 août 2021, des milliers de personnes, notamment des médecins, ont pris le chemin de l’exil pour fuir les talibans.

La question simple, maintenant ! La priorité ne devrait-elle pas aller vers les écoles normales ou des écoles de métier pour former des milliers de jeunes qualifiés ayant des compétences professionnelles, des gens de métiers (de futurs médecins, infirmières, personnels soignants, des enseignants, des professeures etc.), au lieu de former des contingents de talibans qui ne sauront faire qu’une chose ; tuer, intimider, lapider, fusiller, massacrer, se faire sauter avec des explosifs pour tuer un maximum de gens, etc. ?

Pour le reste, laissez courir votre imagination… !

En guise de conclusion, voici une question simple aux décideurs occidentaux, notamment les Canadiens : après 20 années de sacrifice et de générosité sans faille, pourquoi passer à une lâcheté et une cruauté aussi brutales ? Oui, les talibans ont changé, mais en pire. Ils se sont transformés en « serpent blessés, hypervenimeux et dangereusement agressif ».

Nous pouvons encore, et nous le devons, assumer nos responsabilités morales. Sauvons la face et notre crédibilité, avant qu’il ne soit trop tard.

À voir en vidéo