Lettres: Fraude et corruption au Canada

Récemment, Paul Martin nous annonçait son intention d'envoyer des fonctionnaires au Chili pour aider le gouvernement de ce pays à lutter contre la corruption.

C'était tout juste après le scandale des commandites. Depuis, cinq fonctionnaires de l'Immigration à Ottawa viennent d'être arrêtés pour avoir réclamé des pots-de-vin à des candidats à l'immigration. Et aujourd'hui, on nous apprend qu'une amende colossale de 202 millions de dollars vient d'être infligée à des courtiers de Bay Street, à Toronto, pour pratique illicite de transactions rapides de parts de fonds afin de profiter des fluctuations de leurs cotes. Le montant de l'amende en dit long sur le montant de cette pratique frauduleuse. Et on ne parlera pas du scandale des 1000 danseuses nues des pays de l'Est, ni de l'abri fiscal de la compagnie de Paul Martin, la Canada Steamship Line, aux Bahamas, pour échapper aux lois fiscales de notre pays. Vrai, notre pays n'a rien à envier aux États-Unis pour la fraude et la corruption. Nous sommes en train de les dépasser. En ce qui concerne les fonctionnaires désignés pour aider le Chili aux prises avec la corruption, je crois que Paul Martin pourrait leur éviter ce voyage car ils n'auraient pas à chômer chez nous.