Lettres: Au-delà de la charité

Nous savons qu'un cinquième de la population mondiale vit avec moins de 1 $US par jour. C'est pourquoi, en 1997, une campagne a été lancée par 137 pays afin que 100 millions des familles les plus pauvres du monde puissent recevoir du crédit ce qui leur permettra d'être autonomes d'ici à 2005. Cette campagne de microcrédit est sur la bonne voie avec une croissance annuelle d'environ 38 %.

Ces prêts s'adressant aux plus démunis bénéficient particulièrement aux femmes. Par exemple, une femme pauvre d'une zone rurale reçoit un petit prêt lui permettant de se procurer un téléphone cellulaire et d'offrir des services aux autres villageois ce qui améliore sa situation financière. Elle peut ainsi nourrir ses enfants et les envoyer à l'école. Tout ce mieux-être devient possible parce qu'elle a pu augmenter ses revenus.

Pourtant, en dépit du nombre croissant de preuves démontrant que c'est lorsqu'ils sont alloués aux plus pauvres que ces prêts génèrent le plus de changements, la plupart des programmes de microfinance de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) ne se soucient pas de les rejoindre, fait troublant qui ne semble pas préoccuper notre gouvernement. Pourtant, l'agence américaine (USAID) doit fournir au Congrès un rapport annuel à ce sujet.

L'ONU a proclamé l'année 2005 comme «l'année internationale du microcrédit» et, fièrement, la ministre responsable de l'ACDI, Alleen Carroll, annonce que la conférence de clôture de la campagne amorcée en 1997 se tiendra au Canada, à Halifax en novembre 2004. Il lui reste donc un an pour s'assurer que l'aide canadienne profite aux plus pauvres et leur permet de se sortir dignement de la misère. Son collègue Ralph Goodale, ministre des finances, devra la soutenir et annoncer dans son budget de février un échéancier au sujet de l'augmentation de l'aide d'au moins 12 % par an afin d'atteindre en 2015 l'objectif de l'ONU de 0,7 % du PIB. Rappelons-nous que celui-ci a été fixé grâce aux efforts d'un Canadien, Lester B. Person, et est déjà atteint par d'autres pays.

Le futur est une succession infinie de présents, et il est clair que l'aide fournie aujourd'hui par une multitude de petits prêts changera l'avenir de beaucoup d'êtres humains.