Lettres: Dignité dans l'inacceptable

J'estime que la sentence est juste et appropriée. Je trouve tout aussi juste que Guy Cloutier n'aille pas en appel. Les gestes pour lesquels on l'a condamné ne sont pas le fruit d'un égarement mais des récidives étalées sur plusieurs années. Alors, justice est faite: il devra purger la sentence qui lui est infligée. Il a avoué sa culpabilité et il en assume les conséquences. Il n'utilise pas les nombreux recours qui permettent à des avocats astucieux d'«innocenter» le plus coupable d'entre tous les coupables: vices de procédure, circonstances atténuantes, et que sais-je encore...

Une certaine dignité dans l'inacceptable. Que ce cas laisse des traces que d'autres inculpés puissent suivre. Coupable, c'est coupable. Point à la ligne. Il faut vivre avec cet état de fait.