Rendez-vous avec une éclipse de Lune

Une éclipse lunaire se produit lorsque la Lune, dans sa course orbitale autour de la Terre, traverse le cône d’ombre que notre planète projette dans l’espace derrière elle.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Une éclipse lunaire se produit lorsque la Lune, dans sa course orbitale autour de la Terre, traverse le cône d’ombre que notre planète projette dans l’espace derrière elle.

L’auteur est astronome, communicateur scientifique et professeur de didactique des sciences à l’UQAM.

Les amateurs d’astronomie du Québec, de la moitié est du continent nord-américain et de l’ensemble de l’Amérique du Sud auront la chance d’observer une rare éclipse totale de la Lune dans la nuit du 15 au 16 mai prochain. Rappelons qu’une éclipse de Lune se produit lorsque la Lune, dans sa course orbitale autour de la Terre, traverse le cône d’ombre que notre planète projette dans l’espace derrière elle.

L’éclipse débutera vers 21 h 33 le 15 mai, au moment de l’entrée de la Lune dans la pénombre de la Terre, mais les premiers changements visibles dans l’apparence de la Lune ne se manifesteront qu’à compter de 22 h 29, alors que la Lune pénétrera dans l’ombre terrestre.

Pendant une heure, la silhouette légèrement incurvée de notre planète avancera sur le disque lunaire avant que celui-ci ne prenne une teinte rouge sombre, à compter de 23 h 30, début de l’éclipse totale. Ce n’est qu’à compter de 0 h 55 le 16 mai que la Lune commencera à sortir de l’ombre ; une heure plus tard, à 1 h 55, la Lune sera complètement sortie de l’ombre de la Terre et l’éclipse sera alors terminée.

Il est important de rappeler que l’observation d’une éclipse de Lune ne présente aucun danger pour les yeux et peut même être suivie à travers des jumelles ou un petit télescope. Ce sont les éclipses de Soleil qui peuvent être dangereuses à observer sans filtre adéquat…

Le moment le plus impressionnant de l’éclipse lunaire de mai débutera vers 23 h 15, soit une quinzaine de minutes avant la phase de totalité. La majorité du disque lunaire sera alors plongée dans l’ombre de la Terre et, quinze minutes plus tard, la Lune prendra une teinte rouge spectaculaire.

La couleur rouge de la Lune éclipsée vient du fait que la seule lumière solaire qui atteint notre satellite à ce moment précis doit d’abord traverser l’atmosphère terrestre, où elle est réfractée. C’est comme si la Lune était alors éclairée par tous les levers et couchers de Soleil du monde en même temps. Plus il y aura de poussière ou de nuages dans l’atmosphère terrestre au moment de l’éclipse, plus la Lune apparaîtra rouge et sombre.

Celles et ceux qui ont vu l’éclipse de Lune du 9 décembre 1992 se souviendront qu’au moment de la totalité, la Lune est devenue sombre au point où elle était difficilement visible à l’œil nu. Quelques mois auparavant, des millions de tonnes de gaz et de cendres avaient été crachés dans l’atmosphère terrestre par l’éruption du mont Pinatubo, aux Philippines. Ces débris ont bloqué la majorité de la lumière solaire qui aurait dû atteindre la Lune, ce qui a donné lieu à une éclipse anormalement sombre.

L’influence des éruptions volcaniques sur l’apparence des éclipses de Lune a d’ailleurs permis à une équipe de paléoclimatologues de l’Université de Genève de dater avec précision une série d’éruptions volcaniques qui ont provoqué une diminution d’au moins un degré des températures moyennes sur Terre au début du XIIe siècle. Les chercheurs ont découvert dans un vieux manuscrit anglais une référence à l’éclipse de Lune du 5 mai 1110, qui aurait été inhabituellement sombre. Cette date est conforme à au moins une éruption majeure qui s’est produite vers l’an 1108, ce qui corrobore d’autres données issues de l’analyse de carottes glaciaires et expliquerait la baisse des températures générales à cette époque.

Les éclipses de Lune ont aussi joué un rôle dans l’histoire. Fin juin 1503, Christophe Colomb échoue avec ses navires sur les plages de la Jamaïque et, pendant quelques mois, doit vivre de l’aide que lui apportent les habitants de l’île. Mais ceux-ci, à bout de patience, menacent de repousser le marin et ses hommes à la mer. Se souvenant qu’une éclipse totale de la Lune sera visible des Amériques dans la nuit du 29 février au 1er mars 1504, Colomb convoque le Cacique de l’île et menace de dérober la Lune du ciel si son équipage ne continue pas à être ravitaillé.

Se retirant dans sa cabine pour faire des incantations, Colomb attend que l’éclipse ait frappé de stupeur les habitants de l’île avant de leur promettre de leur rendre la Lune en échange de la reprise des ravitaillements. L’auteur étasunien Mark Twain recourra au même procédé, utilisant cette fois une éclipse totale du Soleil, pour permettre au protagoniste de son roman A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court, paru en 1889, d’échapper au bûcher. Bien sûr, qui ne se souvient pas de Tintin, le personnage de Hergé, qui se sort d’un mauvais pas de manière semblable dans l’album Le temple du Soleil, publié pour la première fois sous forme de feuilleton entre 1946 et 1948 ?

Prochain rendez-vous des Québécoises et des Québécois avec une éclipse de Lune ? Pas plus tard que le 8 novembre prochain, en fin de nuit, après quoi il faudra attendre la nuit du 14 au 15 mars 2025 pour assister à nouveau à un tel spectacle.

À voir en vidéo