Halte à l’excellence au sport universitaire de haut niveau

Le slogan « De gloire et d’excellence » est à la base de l’ADN du programme sportif de l’Université Laval.
Jacques Boissinot La Presse canadienne Le slogan « De gloire et d’excellence » est à la base de l’ADN du programme sportif de l’Université Laval.

Le slogan “De gloire et d’excellence” est à la base de l’ADN du programme sportif de l’Université Laval et, plus largement, de toutes fédérations sportives. Il va sans dire que celles-ci carburent au succès de leurs étudiants-athlètes, succès qui se concrétise à travers les mérites sportifs et, dans une moindre mesure, à travers les mérites académiques de leurs porte-étendard.

Sur la page de son programme, on peut lire que « cette conquête de l’excellence se vit et se fait quotidiennement par les étudiants-athlètes du programme, autant sur les aires de compétitions que sur les bancs d’école. Tous adhèrent maintenant plus que jamais à ce principe et poursuivent le même objectif, celui de faire partie du meilleur programme de sport universitaire au pays ».

Ce jeudi 5 mai, tous les « conquérants et conquérantes de l’excellence » sont conviés à participer au Gala Rouge et Or, événement annuel constituant le couronnement de la dernière année universitaire. Cette rencontre permet aux différents étudiants-athlètes de se remémorer les bons coups de leurs coéquipiers dans un esprit collectif transcendant les frontières souvent patentes séparant les différents clubs sportifs du Rouge et Or.

Toutefois, ce ne serait pas une célébration sportive sans une dimension compétitive. À quoi bon, ne sommes-nous pas tous des êtres qui aiment la compétition ? En effet, le Gala Rouge et Or tient la plus grande partie de sa fébrilité et de son exaltation dans les quelques prix offerts durant la cérémonie.

Qu’est-ce que l’excellence ?

C’est un peu plus de cinq sportifs qui parviennent à « conquérir l’excellence » dans cette ultime soirée qui sert de ligne d’arrivée pour une compétition qui s’est déroulée implicitement durant toute l’année. En prenant part au Gala, l’écrasante majorité des athlètes vient donc nécessairement assister à la consécration de leur défaite dans les quelques récompenses des festivités. Outre les couleurs du Rouge et Or, nous sommes, ce faisant, presque tous unis dans la défaite. À ces mots, la dynamique du spectacle semble laisser un goût amer. Si « tous [les étudiants-athlètes] adhèrent maintenant plus que jamais » au principe de gloire et d’excellence, pourquoi ne mettre qu’une poignée d’individus sous les projecteurs et laisser tous les autres dans l’obscurité ?

Vous nous direz que ces quelques sportifs incarnent les valeurs fondamentales du Rouge et Or et méritent, de par leurs accomplissements, de briller au détriment de celles et ceux qui n’atteignent pas un même niveau d’excellence. Vous nous direz que ces athlètes méritent d’obtenir une reconnaissance conséquente, puisque leurs résultats découlent nécessairement d’une démarche de développement de talent conjuguant sacrifices, application et efforts sans pareil. Vous nous direz que ces quelques athlètes contribuent au développement du plus grand nombre, que la majorité bénéficie indirectement de leur leadership et de leur détermination, à tel point qu’une plus grande glorification de ces meneurs profite à tous.

Certes, si ces justifications paraissent élevées au rang de dogmes dans le sens où elles semblent continuellement répétées et assimilées par les athlètes souhaitant s’expliquer le portrait sempiternel des gagnants des prix au Gala, et, plus largement, des bourses et autres récompenses offertes par le Rouge et Or, nous souhaitons utiliser notre tribune pour peser le bien-fondé de ces pratiques et de ces conventions communément acceptées. Qu’est-ce que l’excellence ? Quelles valeurs devraient être valorisées au sein de toute fédération sportive ?

Quoique l’excellence ait préséance parmi les valeurs fondamentales des fédérations sportives, cette notion ne semble pas avoir été l’objet de réflexions depuis un certain temps. Expression de facto du paradigme immuable de la réussite tel que l’entend le programme sportif de l’Université Laval, l’excellence ne correspond qu’à une définition très étroite et arrêtée. Dans cette logique, il est possible d’évaluer la réussite d’un athlète à l’aune de son niveau d’excellence essentiellement appréciable à la lumière de ses performances sportives. Cet examen forcément objectif détermine la hiérarchie régnante au sein des fédérations sportives, étant donné que l’excellence se taille la part du lion des principales récompenses offertes par leurs programmes.

Un spectre bien plus large

 

En revanche, il n’est pas satisfaisant d’avancer un raccourci entre l’excellence et la réussite : ces deux concepts ne sont pas des synonymes interchangeables. À notre sens, l’excellence devrait s’inscrire dans le spectre cumulant toutes les expressions de la réussite, plutôt que de teinter unilatéralement notre compréhension collective de ce concept. La réussite célèbre la persévérance et les efforts quotidiens. La réussite salue les différents parcours menant à des objectifs bigarrés, certes, tout aussi valables. La réussite commémore toutes les formes de succès et toutes les victoires, qu’elles soient fastueuses ou qu’elles passent inaperçues.

Cela étant dit, soyons clairs, notre souhait n’est pas d’éradiquer l’excellence du sport de haut niveau, mais bien de la relocaliser au même niveau que d’autres valeurs telles que la persévérance, l’éthique, l’équité ou la justice. Il est grand temps de s’arrêter un moment et de se demander quelles définitions nous voulons donner à l’excellence et à la réussite, quelles valeurs voulons-nous promouvoir dans le sport et, finalement, sur quels piliers nous voulons bâtir nos programmes, nos fédérations et nos communautés. De par sa nature même, le sport représente un vecteur de hiérarchisation.

Or, si les classements font partie intégrante du sport de haut niveau, nous pouvons réévaluer notre façon de reconnaître les succès sportifs à travers un spectre de la réussite plus inclusif. À l’aube du Gala Rouge et Or axé vers l’excellence, n’est-il pas dans l’avantage du plus grand nombre de réorienter notre célébration annuelle du sport universitaire vers une forme plus englobante, quitte à abroger les prix actuels au profit d’une commémoration égalitaire et communautaire des multiples facettes méritoires du Rouge et Or ?

*Ont aussi signé cette lettre :

Jonathan Tedeschi, étudiant-athlète (demi-fond) en Philosophie 

 

Catherine Beauchemin, étudiante-athlète (demi-fond) en Médecine

Jade Bérubé, étudiante-athlète (demi-fond) en Criminologie

 

Claudine Nafaa, étudiante-athlète (perche) en Arts visuels et médiatiques et en Enseignement au collégial

Mamadou Bazan Togola, étudiant-athlète (sprint) en Génie agroenvironnemental

À voir en vidéo