Michel Lessard, un homme de passion

Photo prise en 2005 par Gaston Cadrin lors de la fermeture du monastère des Soeurs de la Visitation à Lévis.
Photo: Clément Locat Photo prise en 2005 par Gaston Cadrin lors de la fermeture du monastère des Soeurs de la Visitation à Lévis.

Michel Lessard, ethnohistorien, nous quittait le 5 avril dernier. Homme passionné et généreux, chercheur exceptionnel, il fut une figure incontournable du domaine de la culture matérielle au Québec au cours des cinquante dernières années.

Éveilleur de conscience et vulgarisateur, il commença sa carrière en publiant coup sur coup entre 1971 et 1975 quatre ouvrages marquants sur la maison québécoise, les antiquités du Québec et l’ornement populaire, des « briques » de 500 à 700 pages qui connaîtront une très large diffusion.

Deux de ces publications, L’encyclopédie de la maison québécoise et La maison traditionnelle au Québec deviendront rapidement des « bibles » pour des générations d’amateurs et de restaurateurs de maisons anciennes. À l’instar de ses prédécesseurs Marius Barbeau, Pierre-Georges Roy et Gérard Morisset, qui ont documenté l’époque du Régime français, Michel Lessard traite des différents courants qui ont marqué l’évolution de l’architecture au Québec depuis l’implantation française jusqu’aux années 1960. Des années plus tard, il aimait mentionner qu’il s’agissait alors de travail d’étudiant !

Après cette production documentaire impressionnante s’ouvre une nouvelle page de son activité d’ethnohistorien. À compter de 1976, il s’impliquera à titre de concepteur-scénariste dans la création d’une trentaine de films avec les meilleurs réalisateurs, une véritable fresque qui illustre les traditions, les coutumes et les croyances du pays, regroupées dans la série Un pays, un goût, une manière. À cette première production succède, au début des années 1980, sa participation à une série de 24 émissions sur le thème du sacré, dans lesquelles toutes les dimensions en sont évoquées : l’architecture, le mobilier, le vêtement, l’orfèvrerie, la peinture et la sculpture tout autant que les croyances, les pratiques et les rites.

Production encyclopédique

Alors qu’il commence sa carrière d’enseignant à l’Université du Québec à Montréal en 1978, sa passion l’amène à se pencher sur la photographie ancienne, un domaine où il s’investira durant de nombreuses années ; il sera l’auteur de nombreuses publications entre 1977 et 2010, dont Les Livernois, photographes et d’importants volumes de photos anciennes des villes de Montréal et de Québec produits avec des collaborateurs.

À la même époque, parallèlement à sa carrière d’enseignant, de chercheur et de conférencier, il présidera le Comité d’implantation du Musée des religions à Nicolet.

Il poursuivra, au cours des années 1990, ses recherches entreprises dans la décennie 1970 par des publications exceptionnelles sur l’univers de la culture matérielle : Objets anciens du Québec 1. La vie domestique, en 1994, Antiquités du Québec – Objets anciens 2. Vie culturelle et sociale, en 1995, et Meubles anciens du Québec. Quatre siècles de création, en 1999, des volumes à la présentation très soignée et riches d’illustrations qui comptent 300 à 500 pages et dans lesquels se déploie le discours brillant de l’ethnohistorien passionné qu’est Michel Lessard.

En plus des publications sur ses sujets de prédilection, son parcours sera marqué par de nombreuses autres publications de qualité remarquable. Mentionnons, parmi celles-ci, L’île d’Orléans. Aux sources du peuple québécois et de l’Amérique française, publié en 1998, un ouvrage exceptionnel, un des beaux livres parus au Québec par sa qualité d’écriture, sa riche iconographie constituée de photographies anciennes et actuelles, de dessins et d’œuvres d’art, le tout dans une mise en page très soignée. Cetour de l’île témoigne de l’affection qu’il voue à son territoire, berceau de la civilisation française en Amérique. En 2001, il se tourne vers la modernité, qu’il documente dans une publication intitulée Sainte-Foy. L’art de vivre en banlieue de Québec, produite en collaboration.

En 2007, La nouvelle encyclopédie des antiquités du Québec, un condensé de ses trois publications précédentes sur le même thème, constitue un monument de l’édition au Québec, dépassant les 1000 pages, une somme de son savoir considérable sur la culture matérielle du Québec.

Communicateur hors pair

Il avait un dernier projet en cours, qui avait débuté en 1999 par un appel aux propriétaires membres de l’association Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec qui avaient restauré leur maison. Il a réuni photographies, documents d’archives, entrevues pour faire un tour du Québec à travers la vision de ces gens qui ont choisi d’habiter des maisons anciennes patiemment restaurées. Ce projet n’a malheureusement pu être parachevé.

Outre sa production encyclopédique, ce communicateur hors pair aura, dans une langue à la fois érudite et accessible, rédigé un nombre incalculable d’articles, de chroniques, de communiqués, de rapports ; il aura également présenté avec grande éloquence nombre de conférences, participé à des entrevues et à des séries radiophoniques ; il aura milité pour la protection du patrimoine et de l’environnement, notamment au Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu, et il aura été présent dans maints débats de société.

Michel Lessard s’est vu décerner de nombreux prix et distinctions qui ont souligné l’envergure de sa contribution à une meilleure compréhension de notre société. Voici quelques exemples parmi les plus de 25 reconnaissances importantes qu’il a reçues : le prix Robert-Lionel-Séguin ; le prix Gérard-Morisset ; la médaille de l’Assemblée nationale du Québec, en 2010 ; et la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour mérite exceptionnel, remise le 6 avril, au lendemain de son décès, dans un climat de grande émotivité.

Nous avons un devoir de reconnaissance à l’égard de cet homme foisonnant d’idées dont la passion s’est nourrie de la fierté et d’un profond attachement à son pays. Souvenons-nous de l’œuvre immense qu’il a réalisée au bénéfice de tous ses concitoyens et de la source d’inspiration qu’il fut pour plusieurs. Les membres des Amis et propriétaires de maisons anciennes du Québec ont pu profiter de sa présence généreuse, de ses conseils, de son encouragement lors de conférences, de congrès annuels ou de visites de maisons anciennes. Ses qualités d’orateur et ses connaissances ont enchanté tous ceux qu’il côtoyait.

Nous nous souviendrons.

À voir en vidéo